Bienvenue sur le site officiel de Montsenelle

 

 

Le lieutenant Gene Williams et ses compagnons d'armes avant son envol pour la France.

 

Discours de M. le Maire lors de l'inauguration de la stèle en mémoire au 3e bataillon du 508e régiment de parachutistes de la 82e division Air Born du 04 juin 2019 :

Mesdames et Messieurs,

Lorsque j’ai été contacté par M. FRANCOIS au nom de Messieurs WILLIAMS qui souhaitaient mettre en place une plaque en mémoire de leur père, nous avons pensé avec mes adjoints que cela pouvait être l’opportunité pour la commune déléguée de Prétot Sainte Suzanne de combler un vide et ainsi de procéder à la mise en place d’une stèle commémorative. En effet, et même si le Colonel Louis MENDEZ avait donné son nom il y a quelques années et plus précisément le 6 juin 2002 à la place sur laquelle nous sommes présents, aucun monument commémoratif ne permet de prendre conscience du sacrifice des hommes qui libérèrent notre pays et plus particulièrement notre commune.

Ailleurs qu’en Normandie mais aussi peut être parmi les plus jeunes, on oublie souvent que la guerre ne s’est pas gagnée au soir du 6 juin 1944 mais que c’est dans les chemins, sur les talus et derrière les haies de notre bocage dans de féroces combats autrement appelés « la bataille des haies ». 

A 48 heures du 75e anniversaire du débarquement allié, l’inauguration de cette stèle est donc l’occasion pour nous de rendre un hommage solennel aux hommes du 3e bataillon du 508e régiment de parachutistes de la 82e division Air Borne qui sous le commandement du Colonel MENDEZ ont abordé notre village le 20 juin 1944 et qui au prix du sacrifice de leur vie, ont participé à sa libération totale le 3 juillet.

Ces hommes qui avaient fait le choix de se battre pour libérer les peuples d’Europe du joug nazi étaient jeunes, souvent une vingtaine d’années, ils venaient d’Amérique et n’avaient jamais entendu parler de Prétot. Malgré tout, ici comme dans tous les territoires libérés, ils ont accompli leur devoir avec abnégation, courage et honneur.

Messieurs Gene et Jack Williams vous avez souhaité rendre hommage à votre papa, qui combattit sous les ordres du Colonel Mendez, disparu le 20 juin 1944 à Prétot quelques jours après votre naissance. C’est pour moi un devoir et un honneur que d’accéder à votre demande et la plaque que vous avez fait réaliser trouve tout naturellement sa place sur cette stèle.

Votre père Gene naît le 31 octobre 1922. Adolescent, il rejoint une école d’enfants de Troupes à Nashville. Il aime porter l’uniforme et rêve d’aventures militaires. Toutes les générations de Williams ont servi sous les drapeaux et Gene veut perpétuer la tradition. Suite à l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, il quitte l’université d’Alabama en mars 1942 pour rejoindre l’armée à Fort Wolters au Texas. S’ennuyant dans ce régiment, le Lieutenant Williams se porte volontaire pour les troupes aéroportées. A Fort Benning où l’on forme les parachutistes, il découvre une nouvelle race de soldats qui ont la fierté d’appartenir à une troupe d’élite. A la fin de 1942, deux événements vont marquer l’existence de Gene, l’obtention de son brevet de parachutiste puis son affectation au 508ème Régiment de Parachutistes et le 1er novembre, son mariage avec Mary rencontrée à l’université.

Après l’école de saut, le Lieutenant Williams est muté à Camp Blanding en Floride où il doit intégrer ce nouveau régiment en cours de formation. En avril 1943, le régiment est transféré à Camp Mackall en Caroline du Nord. Les six semaines qui suivent servent aux jeunes paras à évoluer et à s’orienter dans les marais et les sables du Camp. Sans le savoir, les « Diables rouges » effectuent un entraînement qui sera un avant-goût des combats en Normandie. En décembre 1943, les cadres reçoivent l’ordre de préparer le régiment à son départ pour New York en vue de son embarquement pour l’Europe. L’heure du combat approche. Un mois plus tard, le 8 janvier 44, le régiment débarque à Belfast après un voyage inconfortable puis est transféré deux mois plus tard en Angleterre à Nottingham.

A la demande du Major Mendez, le Lieutenant Williams qui veut être le premier à toucher le sol français est volontaire pour effectuer un stage d’éclaireur dont la mission sera de baliser les zones de saut, une heure avant le parachutage du régiment. C’est une mission périlleuse, car ces petites équipes vont être parachutées seules, sans aucun soutien au sol ou aérien.

Dans les semaines qui précédent le Jour J, les hommes savent que l’action est imminente. Ils ont été mis au secret et ne doivent plus quitter leur base. Le 508ème a été reparti sur trois aéroports, Folkingham, Saltby et North Witham pour les Pathfinders du Lieutenant Williams. Les derniers instants sont consacrés à affûter pour la énième fois le couteau, ou nettoyer le fusil, pour prier lors du service religieux qui se tient sous le hangar ou pour écrire une dernière lettre à la famille. En ces instants qui précédent la confrontation de l’homme à son destin, ce dernier aime se replier pour faire le point avec son âme.

Le 5 Juin à 21h30, Le Lieutenant Williams et les pathfinders des deux divisions qui vont sauter en Normandie, décollent de North Witham, près de Grantham. La grande croisade contre le nazisme vient de commencer avec ces hommes venus des quatre coins des Etats-Unis, fer de lance des démocraties qui vont devoir affronter les soldats du Führer. Gene Williams à la tête de ses éclaireurs du 508ème, doit sauter dans le secteur de Picauville. Il est exactement 0h15, lorsque avec ses hommes ils se jettent dans le vide. Les parachutages ne se passent pas comme prévu et les hommes sont éparpillés sur une vaste zone. Mais à toute chose malheur est bon et si les stratèges pensent au début que l’opération Overlord est un échec, ils ne savent pas encore que les mauvais largages ont apporté la confusion chez l’ennemi qui est incapable d’évaluer l’importance de la force engagée, mais pire encore, il est dans l’impossibilité d’organiser une contre-offensive efficace. Les américains sont partout !

Le Lieutenant Williams rejoindra ensuite sa compagnie pour combattre autour de Picauville à la défense des ponts qui enjambent les rivières le Merderet et la Douve. Après avoir combattu à Vindefontaine, le 3e bataillon du 508e arrive sur Prétot à la tombée de la nuit. A l’aube du 20 juin, il attaque et reprend possession du bourg, de l’église et du village de la Malasserie. Une forte résistance des troupes allemandes maintient le front sur ces lieux durant une quinzaine de jours jusqu’à ce que l’ensemble de la commune soit libérée après de violents combats le 3 juillet 1944.

Malheureusement, Prétot fut le lieu de la dernière bataille de Gene Williams et ce dès le premier jour de l’offensive le 20 juin 1944 où il périt au champ d’honneur à 21 ans alors que le Major Mendez venait de recevoir de l’état-major un message annonçant que votre maman Mary venait de donner naissance à des jumeaux, Gene et Jack.

Je ne peux occulter le tribu payé par la population civile puisque juste pour notre commune, 16 civils furent tués lors de ces combats. Le sacrifice de la population qui avec courage et abnégation a subi la destruction aux deux tiers de son village fût reconnu par l’attribution de la croix de guerre le 11 novembre 1948.

Le corps de votre père repose aux côtés de ses ancêtres dans le cimetière de West Frankfort dans l’Illinois.

Vous furent élevés dans le culte de votre père et du sacrifice suprême qu’il fit lors du débarquement et en 1964, alors que de nouveau l’Amérique s’engageait dans une longue guerre au Vietnam, vous décidèrent de perpétuer la tradition familiale en vous engageant dans l’Armée. Vous devinrent tous les deux parachutistes et avez intégré une nouvelle unité en cours de formation : les Forces Spéciales, dont les membres sont connus sous le nom de Bérets Verts.

Je n’abuserai pas plus longtemps de votre patience, mais sachez Messieurs ainsi que votre famille, que je suis extrêmement fière d’avoir œuvré à la réussite de cette journée et que nous tous ici présents, sommes extrêmement reconnaissants de l’engagement de vos pères et concitoyens qui ont combattu avec acharnement et au péril de leur vie afin de libérer notre population de l’occupation ennemie.

Notre reconnaissance va aussi aux combattants des autres nations alliées parmi lesquelles le Royaume-Uni dont la population eut à subir les bombardements allemands durant de longues années et dont le territoire servit à la préparation du Débarquement.

                                                                                                Le lieutenant Gene H. Williams du 3rd Battalion photograhié dans le              Gene et Mary

                                                                                               camp de Nottingham en Angleterre. Le 6 juin, il saute avec les "Pathfinders"

                                                                                              (éclaireurs) du bataillon. Il est mort à l'âge de 20 ans le 20 juin 1944,

                                                                                              à Pretot. Il laisse une veuve et deux jumeaux qui sont nés le 8 juin 1944 qu'il n'a jamais connu.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de notre site et de ses services. En savoir plus J'ai bien compris